Revêtement de sol : comment bien le choisir ?

Choisir un revêtement de sol n'est pas une mince affaire. Parquet, moquette, carrelage, matières naturelles, sol PVC... Comment s'y retrouver ? Voici quelques conseils qui vous aideront à opérer un choix judicieux et à trouver un revêtement de sol adapté à votre pièce et à l'usage que vous en faites.

Revêtement de sol : comment bien le choisir ?
© 123RF/Severija

En matière de revêtements de sol, il y en a pour tous les goûts et tous les besoins. Grands classiques, le carrelage, la moquette, la pierre et le parquet sont aujourd’hui concurrencés par de nouveaux matériaux synthétiques, le PVC en tête. Quelles sont les caractéristiques de chacun de ces revêtements de sol et quelles normes les réglementent ? Réponses. 

Carrelage

Le carrelage règne en maître absolu du revêtement de sol. S'il a détrôné tous ses concurrents, c'est qu'il cumule les atouts : solide, facile à nettoyer, résistant à l'eau, aux chocs et à l'usure. On ne le limitera pas aux pièces fonctionnelles comme la cuisine ou la salle de bains. Additionné de tapis colorés, le carrelage gagnera en personnalité tout en amoindrissant le bruit des pas. Depuis quelques temps, les tomettes et carreaux de ciment signent un come-back réussi. 

Moquette 

Longtemps reine du revêtement de sol, la moquette reste à envisager si vous avez des enfants en bas âge (le molletonné réduit l'impact des chutes) ou si vous rencontrez des difficultés à chauffer votre intérieur. Attention, elle nécessite un entretien régulier et craint les taches. Pour cela, on la bannira sans merci de la cuisine.

Parquet 

Le parquet est un grand classique, à favoriser dans les pièces à vivre telles que le salon ou les chambres. Rustique et solide, le bois apporte chaleur et authenticité tout en jouant un rôle isolant très appréciable dans un séjour par exemple. Il a vocation à durer et peut rester en place des années, à condition de le poncer régulièrement. Les lattes de bois peuvent se coller directement au sol ou bien, solution plus simple à mettre en œuvre, se poser par assemblage (parquet flottant). Évitez ce genre de revêtement dans une salle de bains si vous ne voulez pas voir votre sol se gondoler. Plus abordable que le bois massif, le parquet stratifié (recouvert d'une résine en vinyle) peut représenter un bon substitut de remplacement.

Pierre

Vieux comme le monde, la pierre naturelle est un matériau aux propriétés incomparables. Très résistante, elle se décline sous des formes diverses et variées : marbre, pierre calcaire, grès, travertin, ardoise... Traitée pour être plus facile d'entretien, la pierre naturelle se nettoie avec une serpillière et un peu d'eau chaude, ni plus, ni moins. 

Béton et béton ciré

Résolument tendance quand on cherche à offrir un twist industriel à son intérieur, le béton ciré est un sol lisse sans joints et non poreux, des avantages non négligeables. Avec ou sans l'aide d'un professionnel, appliquer du béton ou un béton ciré n'est pas sorcier. 

Matières naturelles 

Sisal, coco et jonc de mer sont des matières naturelles, saines et écologiques. Très chaleureuses, elles habillent les sols dans un esprit zen et sont résistantes. Seul bémol, elles craignent l'humidité, à éviter dans les pièces d'eau donc. Autre sol écologique et 100 % naturel, le Linoléum est aussi antibactérien, antiallergique et antistatique.

Sols en PVC

Le revêtement en PVC (ou vinyle) a ses adeptes. Peu onéreux à l'achat et facile d'entretien, il présente l'avantage d'être disponible en une multitude de coloris, effets et imitations (pierre, bois, béton). On peut le trouver en version rouleaux, lames, dalles ou carreaux. Imperméable, il peut sans problème être posé dans n'importe quelle pièce de la maison. Grâce à sa matière souple, le sol plastique sera parfait dans une chambre d'enfant. Le béton a également le vent en poupe. Sa très grande modernité en fait l'allié de choix des maisons contemporaines. Mais gare à son prix... 

Normes des sols

Ça y est, votre choix est fait ? Pensez, avant d'acheter, à vérifier les normes en vigueur. Pour être commercialisé, chaque revêtement doit pouvoir répondre à un certain nombre d'exigences formulées par des organismes d'Etat (CSTB, CNDBÂ...) : résistance à l'usure, au feu, tolérance aux produits ménagers... Notées sur les emballages de vos revêtements grâce à des sigles, ces exigences doivent vous permettre de faire le bon choix. Voici quelques-unes des certifications et normes les plus courantes à consulter. 

Le classement UPEC

Il s'agit d'une démarche de certification qui prend en compte l'usage et le trafic du local (plus ou moins passage), le marquage du mobilier sur les sols, la perméabilité et les questions d'entretien. Ce classement ne concerne pas tous les types de sols : le parquet, par exemple, en est exclu. Pour ce faire, les locaux sont classés selon huit catégories, que voici : Habitation, Bureaux, Gares et Aéroports, Commerce, Hôtellerie, Enseignement, Hôpitaux et Maisons d'accueil pour personnes âgées correspondant à différentes sévérités d'usages.

  • U = usure (1 à 4) ; U2s = indice entre U2 et U3
  • P = poinçonnement, roulage (2 à 4)
  • E = comportement à l'eau (0 à 3) 
  • C = tenue aux agents chimiques (0 à 3)

A savoir, plus l'indice est élevé, meilleure est la performance. 

Le marquage CE

Ce marquage vise à prouver que le fabricant répond notamment aux exigences relatives à la santé, à la sécurité - résistance au feu notamment - et aux économies d'énergie, prévues par la commission européenne. Ce marquage est obligatoire pour tous les revêtements de sol, car il garantit une qualité minimale basée sur des normes européennes. Sans ce marquage, la mise en vente sur le marché européen est interdite. 

La norme NF 

Cette norme européenne est une marque de qualité qui établit un système de classification de revêtements de sols en fonction de leur usage et de leur confort. De plus, la norme NF intègre des critères comme les propriétés électriques, le comportement à l'effilochage, l’emploi sur plancher chauffant ou dans des escaliers...

  • Classe 21 = usage modéré/léger 
  • Classe 22 = usage général/moyen 
  • Classe 22+ = usage général 
  • Classe 23 = usage élevé

Les classes de dureté du bois

Outre les normes et certifications usuelles, les emballages de parquets doivent faire apparaître une classification en quatre catégories, des essences les plus souples aux plus résistantes. Et enfin, les normes de glissance qui mesurent le niveau de glisse admissible par pièce. Sachez également que nombre de professionnels du bâtiment ou magasins de matériaux pourront vous aiguiller pour votre choix de revêtement et vous proposer des solutions adaptées.