Le bois brûlé en déco, c'est tendance

Vous l'avez sans doute repéré sur vos sites et magazines déco préférés, le bois brûlé fait peu à peu son apparition à l'intérieur - et à l'extérieur ! - de nos maisons. Zoom sur cette technique ancestrale qui n'a pas fini de faire parler d'elle.

Le bois brûlé en déco, c'est tendance
© Noir de Bois

Il suffit de voir quelques exemples en photo pour être séduite : le bois brûlé crée un renouveau déco qui allie à la fois modernité et tradition, et on ne peut qu'adhérer. Mais en quoi consiste vraiment cette méthode de travail du bois si particulière ?

Un peu d'histoire

Venue tout droit du Japon, la technique du bois brûlé, également appelée Shou Sugi Ban ou encore Yaki Sugi, consiste, comme son nom l'indique, à faire brûler en surface des lames de bois pour les rendre plus résistantes, et augmenter ainsi leur durée de vie. Utilisée à l'origine par des pêcheurs japonais pour la façade de leur maison en cèdre ("Sugi" en japonais), cette méthode connaît un certain engouement depuis peu dans les pays occidentaux, et notamment en France.

lames-de-bois-brulees
© MEBB

Comment ça marche ?

La technique d'origine du bois brûlé, encore utilisée de nos jours, requiert de brûler les lames de bois de l'intérieur après les avoir positionnées en long triangle, puis de les arroser d'eau une fois atteinte une combustion suffisante sur environ 5 millimètres d'épaisseur. Ce procédé long et fastidieux est parfois remplacé par une calcination planche par planche à la torche ou au chalumeau, ou peut également être semi-automatisé pour produire de plus grandes quantités.

La couche de carbone ainsi créée permettra de protéger le bois contre les insectes comme les termites, les champignons, l'humidité, mais aussi étonnamment contre le feu. Une protection écologique, sans traitement chimique, mais aussi économique puisqu'elle ne demandera aucun entretien au fil des années.

Quant à l'essence de bois, c'est surtout le sapin de Douglas et l'Accoya, un bois modifié, qui sont le plus utilisés en France, mais on peut aussi retrouver d'autres bois comme le chêne, l'épicéa ou encore le frêne, notamment pour une utilisation en intérieur.

maison-en-bois-brule
© Noir de Bois

Pour quelle utilisation ?

En extérieur

C'est bien en tant que bardage que le bois brûlé a tout d'abord été utilisé, on le retrouve donc naturellement plus souvent à l'extérieur des habitations, en total look, sur une seule façade ou encore à mi-hauteur selon le rendu que vous souhaitez obtenir. Rien ne vous empêche d'utiliser également du bois brûlé comme revêtement pour la terrasse.

En intérieur

On trouve désormais aussi le bois brûlé dans notre déco intérieure, pour habiller un pan de mur en l'associant à du carrelage dans une cuisine par exemple, ou pour parer toute une pièce pour mettre en valeur son côté à la fois chaleureux et design. Et si cette aventure vous fait un peu peur, vous pourrez toujours trouver des meubles en bois brûlé qui sauront à eux seuls apporter une touche originale à votre maison.

Bon à savoir : si un enduit de finition a été appliqué sur le bois brûlé, sachez qu'il faudra nettoyer le bardage à l'eau tous les dix ans environ puis réappliquer un enduit (une huile ou une cire par exemple).

revetement-mural-en-bois-brule
© Noir de Bois

Quel est le prix du bois brûlé ?

Le budget total dépendra bien évidemment de la nature de votre projet, du bois choisi et de la surface à recouvrir, mais il faudra compter environ 100 euros/mètre carré.

Où le faire faire ?

En France, on pense notamment à Noir de Bois, le premier fabricant français de bois brûlé pour l'intérieur et l'extérieur, ou encore à Mebb et le créateur Joe Sayegh, qui proposent également du mobilier en bois brûlé.

Autres revêtements