Parquet contrecollé : le choisir, le poser et l'entretenir

Composé d'une couche de bois noble, facile à installer et moins onéreux que le parquet massif, le parquet contrecollé multiplie les atouts. Explications, en images.

Parquet contrecollé : le choisir, le poser et l'entretenir
© Anna Moskvina - 123RF

Le parquet contrecollé,  c'est quoi au juste ?

Si le parquet massif est constitué d'une seule essence de bois, le parquet contrecollé ou "flottant" est composé de 3 couches de bois différentes : la couche d'usure, la partie supérieure du parquet contrecollé, réalisée dans un bois noble. Aussi appelée "parement" son épaisseur de 2,5 à 6 mm détermine sa qualité. La deuxième couche, le support, fabriquée en dérivés de bois, garantie la stabilité du parquet contrecollé. La couche inférieure enfin, le contre-parement, assure sa résistance.

Disponibles dans de multiples essences (érable, chêne, noyer…), longueurs et largeurs de lames ainsi que dans un vaste éventail de finitions (blanchi, huilé, verni…), le parquet contrecollé a l'art de cultiver une ambiance élégante et authentique dans nos intérieurs, pour un coût plus accessible que le parquet massif.

Bonne nouvelle, le parquet contrecollé s'adapte à quasiment tous les supports : chape de ciment ou béton, revêtement PVC, linoléum, carrelage, parquet… En revanche, vous ne pourrez pas l'installer dans une salle de bains ou une cuisine, sa composition 100% bois le rend inadapté aux pièces humides. Le parquet stratifié en revanche, pourra répondre à vos attentes, à condition qu'il soit traité contre l'humidité.

L'entretien du parquet contrecollé

Si votre parquet contrecollé est vitrifié, il vous suffira de passer l'aspirateur de temps en temps pour ôter la poussière de sa surface. Une fois par semaine, utilisez une serpillière humidifiée afin de le nettoyer en profondeur. Il est huilé ? Pour ce type de parquet, un bon dépoussiérage hebdomadaire à l'aspirateur suffit. Pour un nettoyage plus profond, un balai microfibre légèrement imprégné de savon noir fera l'affaire. Vous avez craqué pour un parquet ciré ? Plus délicat, ce type de revêtement se tache facilement au contact de l'eau. Un coup d' aspirateur ou le passage d'un balai microfibres suffira à l'entretenir, relayé par l'application d'une cire une fois par an.

Comment se pose un parquet contrecollé ?

Pour garantir un résultat esthétique et durable, votre parquet contrecollé doit être posé sur un sol parfaitement lisse, sain, et sec (moins de 3 % d'humidité). Avant la pose, vérifiez la planéité du sol à l'aide d'un niveau à bulle. Si elle n'est parfaite, procédez à un ragréage. Ne zappez pas la pose du pare-vapeur puis d'une sous-couche d'isolation : ils préserveront votre sol d'une part de l'humidité, d'autre part du froid, du bruit et de l'effet de résonance induit par les revêtements de sol en bois. Enfin, côté technique de pose, le parquet contrecollé peut être installé en mode flottant, cloué ou collé. La pose flottante par clipsage est de loin la plus facile à mettre en œuvre. Il suffit d'emboîter les lames de parquet les unes aux autres, à la façon d'un jeu de construction. Pratique !

Le prix du parquet contrecollé

Le coût d'un parquet flottant/contrecollé dépend de la longueur, de la largeur et l'épaisseur de la lame ainsi que de son essence de bois. En moyenne, le prix du parquet flottant est compris entre 20 euros et 50 euros/m². Comptez un tarif de 25 euros/m2 minimum pour un parquet flottant en chêne ou merbau. Pour un parquet flottant  en wengé ou en jatoba, les prix démarrent à 35 euros/m2, sachant que le bois exotique revient généralement plus cher que le bois d'origine européenne.