Quelle sous-couche pour mon parquet ?

Parquet massif, contrecollé, stratifié... Quelque soit la nature de votre parquet, une sous-couche est indispensable pour assurer le confort de votre habitation. Esthétique, isolation thermique et phonique... On fait le point.

Quelle sous-couche pour mon parquet ?
© Sima - 123RF

Les fonctions de la sous-couche pour parquet

La mise en place d'une sous-couche est une étape essentielle avant la pose d'un parquet. Positionnée entre le sol et le nouveau revêtement, celle-ci fait office de support pour le parquet installé en pose flottante (clipsage) ou collée. La sous-couche résout les problèmes phoniques, thermiques ou acoustiques en limitant la transmission des bruits d'impact ou de chocs, ainsi que les bruits aériens d'un étage à l'autre. Elle permet également de compenser certaines irrégularités du support. Elle assure enfin une protection contre l'humidité lorsqu'elle dotée d'un pare-vapeur intégré. Intégré à la sous-couche ou non, notons que le pare-vapeur est fortement recommandé pour toutes les poses flottantes de parquet. Et obligatoire en cas de parquet massif, s'il votre sol est situé au rez-de-chaussée sans vide sanitaire dessous, ou si votre support est d'origine minérale (béton ou ciment).

Les différents types de sous-couches pour parquet

On distingue 4 types de sous-couches : en polystyrène extrudé, en liège, en fibres de bois et en mousse polyéthylène. Chacune possédant des propriétés différentes, il est nécessaire de bien déterminer ses besoins avant de faire son choix.

Sous-couche en polystyrène extrudé

La sous-couche en polystyrène extrudé est disponible sous forme de rouleaux ou de dalles, d'une épaisseur de 1 à 10 mm selon les produits.  Elle présente une forte résistance à l'humidité et aux chocs. Son isolation thermique est intéressante et elle possède les meilleures performances en isolation phonique (réduction des bruits jusqu'à 23 dB). Cerise sur le gâteau, elle peut rattraper des défauts de planéité du sol jusqu'à 5mm selon l'épaisseur choisie, ce qui fait d'elle la championne pour les projets de rénovation. Cependant, elle reste très vulnérable au feu. Son prix varie entre 15 euros et 20 euros le m².

Sous-couche en liège

La sous-couche en liège est la solution la plus écologique de toutes. Les sous-couches en liège sont commercialisées sous forme de plaques ou de rouleaux, dont les épaisseurs sont comprises entre 2 et 8 mm.  La sous-couche en liège est très performante en matière d'isolation thermique et acoustique, en revanche, elle n'est pas efficace pour rattraper les irrégularités du sol. Elle s'adapte sans sourciller à un système de chauffage au sol mais présente en revanche une faible résistance à l'humidité. Le prix d'une sous-couche en liège est compris entre 10 euros et 30 euros le m² selon son épaisseur et sa qualité.

Sous-couche en mousse polyéthylène

Bon marché, légère, très résistante aux variations de température, la sous-couche en mousse polyéthylène offre une bonne isolation thermique. Ses propriétés acoustiques sont en revanche relatives. De plus, peu épaisse, elle ne permet pas de rattraper les irrégularités du sol. La sous-couche en mousse polyéthylène est un bon compromis avant la pose d'un parquet flottant ou collé : sa finesse n'entrave pas la pose du revêtement de finition. Néanmoins, si vous habitez en étage, il est recommandé de choisir un isolant plus épais et performant tel que la sous-couche en polystyrène extrudé. Le prix de la sous-couche en polyéthylène démarre à 4,50 euros le m².

Sous-couche en fibres de bois

100% naturelle et recyclable, disponible sous forme de plaques, la sous-couche en fibres de bois est un très bon isolant thermique et phonique (réduction des bruits jusqu'à 20 dB). Ses inconvénients : avec le temps, elle se tasse et perd de son efficacité acoustique. Selon les produits, les irrégularités jusqu'à 3 mm peuvent être corrigées. Elle est également compatible avec le chauffage au sol. Prix compris entre 15 euros et 20 euros le m².