Radiateur de salle de bains : type, puissance, prix...

Quel type de radiateur choisir dans la salle de bains ? Soufflant, convecteur électrique, radiateur à inertie, sèche-serviettes… Pleins feux sur les technologies disponibles, leurs avantages, leurs inconvénients et leur prix.

Radiateur de salle de bains : type, puissance, prix...
© Hemea

Vous souhaitez rénover votre salle de bains et remplacer un vieux radiateur ? Chez Leroy Merlin, Castorama, Brico Dépôt, Atlantic, Thermor, vous trouverez bon nombre de radiateurs adaptés à la pièce d'eau. Afin de vous aider à faire le meilleur choix en fonction de l'espace et du budget dont vous disposez, faites le plein de conseils pratiques. 

Pourquoi choisir un radiateur à eau chaude côté salle de bains ?

Si votre logement est équipé d'une pompe à chaleur ou d'une chaudière, un radiateur à eau chaude peut être une solution appréciable pour la salle de bains. En fonte, en acier ou en aluminium, le radiateur à eau chaude produit une chaleur douce dans la pièce. Si le radiateur à eau chaude est une solution économique, il présente toutefois quelques inconvénients : d'abord sa température n'est pas modulable rapidement. Ensuite, lorsque la chaudière n'est pas en marche (panne...), on ne peut pas le faire fonctionner ! Combien ça coûte ? De 50 à 1000 euros selon le matériau (fonte, acier, fonte d'aluminium) et la puissance de l'appareil.

Pourquoi préférer un radiateur électrique dans la salle de bains ?

Le radiateur de salle de bains le plus classique reste sans aucun doute le radiateur électrique. Utilisable à tous moments, indépendamment des autres radiateurs du logement, il peut être rayonnant, à inertie, à accumulation ou soufflant.
Le convecteur électrique classique est facile à poser et abordable mais sa chaleur n'est pas homogène et son rendement, assez faible. Prévoyez un budget de 60 à 400 euros pour ce type de modèle.

Comme son nom l'indique, le radiateur électrique à inertie fonctionne grâce au principe de l'inertie. Grâce à son corps de chauffe en céramique, fonte ou aluminium (ou le fluide présent dans sa structure), il véhicule une chaleur douce et homogène dans la salle de bains : la température de la pièce est stable pendant un long moment, pour un confort thermique accru. Le radiateur électrique à inertie offre enfin un glage très précis de la température et jusqu'à 25 % d'économies d'énergie par rapport à un convecteur classique. Les tarifs ? Comptez de 150 à 1 200 euros pour un radiateur à inertie, selon le matériau (fonte, aluminium, céramique…) et la technologie utilisée (inertie sèche ou fluide).

Pourquoi adopter une radiateur sèche-serviette dans la salle de bains ?

Électrique ou relié au chauffage central, le radiateur sèche-serviette multiplie les atouts. Avec sa forme haute et étroite, il occupe peu d'espace dans la salle de bains. Décliné dans une large variété de styles et de coloris, il est pourvu de barres d'accroche (tubulaires, plates…) permettant de chauffer la pièce et de faire sécher les serviettes et peignoirs mouillés, en une seule solution et en toute sécurité. Les modèles de sèche-serviette soufflants sont les plus efficaces : leur température monte en quelques minutes.
Au chapitre de la puissance, prévoyez environ 130 watts par m2 pour votre radiateur sèche-serviette. Par exemple, si votre salle de bains mesure 5 m2, la puissance idéale pour l'appareil sera de 650 watts ; vous pouvez donc opter pour un modèle de 750 watts. Les radiateurs sèche-serviette sont déclinés en version 200, 400 ou 750 watts. Côté prix enfin, comptez de 80 à 1000 euros environ pour un radiateur sèche-serviette, selon le matériau de l'appareil, sa technologie, ses options (minuteur, programmateur, système pivotant…).

Quelles normes de sécurité pour les installations électriques dans les pièces d'eau ?

La pose de systèmes électriques dans la salle de bains obéit à des normes précises pour éviter tout risque d'accident. Ainsi, toute installation électrique doit être reliée à la terre. Le radiateur (classe II) doit être installé à 60 cm au moins des points d'eau et être estampillé NF.

Chauffage