Gaze de coton : tout savoir sur ce tissu tendance

Si elle était d'abord dédiée à l'univers du textile pour bébés, la gaze de coton s'invite désormais dans notre intérieur. Douceur, confort, chaleur, zoom sur cette matière qui fait des émules chez les amateurs de déco !

Gaze de coton : tout savoir sur ce tissu tendance
© Francis Amiand - Madura

Si vous craquez pour la chaleur de la laine, la résistance du coton et la légèreté du lin, attendez de découvrir la gaze de coton, le textile que toutes les marques du moment s'arrachent. Très souple et aérée, elle reste cependant très résistante grâce à sa double ou triple épaisseur, ce qui la rend très agréable pour le linge de maison et ce, toutes les saisons. Autrefois réservée aux enfants et aux bébés, la gaze de coton se niche aujourd'hui un peu partout dans la maison, des draps aux coussins en passant par les rideaux. 

C'est quoi la gaze de coton ?

Comme son nom le laisse deviner, la gaze de coton est originaire de la ville de Gaza, en Palestine. C'est au cours du Moyen Âge que ce tissu est arrivé en Europe, notamment à Paris et à Lyon où des ateliers de tissage ont vu le jour. Apprécié pour sa délicatesse et sa robustesse, il était surtout réservé aux tutus de danseuses étoiles. Opérant un incroyable come-back ces dernières années, la gaze de coton prend aujourd'hui possession de notre maison.

Très douce, fine et aérienne, elle n'est pas réellement une matière ni même une fibre. Il s'agit plutôt d'une méthode de tissage confectionnée avec des fibres de coton ou de lin. Ses tissus doublés ou triplés, selon les couches de gaze, sont assemblés par des points de couture invisibles piqués à intervalle régulier, ce qui explique sa résistance. Arborant un joli aspect "froissé", la gaze de coton apporte incontestablement une touche noble et chic à une nappe, des taies d'oreillers ou bien des plaids.

Comment adopter la gaze de coton à la maison ?

Prisée pour sa douceur, sa délicatesse et sa résistance, la gaze de coton a également l'avantage d'être très agréable pour la peau. Pas étonnant qu'elle soit particulièrement appréciée pour le linge de maison ! Taie d'oreiller, dessus de lit, housse de couette, draps ou encore couverture, elle habille avec élégance nos parures de lit. Mais ce n'est pas tout ! Nappe, plaid, rideaux, coussin, serviette et chemin de table, la gaze de coton vient également sublimer la déco de notre salon. Parfait pour rendre votre intérieur encore plus cosy.

rideau-gaze-de-coton
© Merci

Est-ce que la gaze de coton tient chaud ?

Eté comme hiver, la gaze de coton se révèle idéale pour nous faire passer de douces nuits. Très vaporeux et aérien, son tissu est à la fois approprié lorsque l'on cherche à se réchauffer dans du linge confortable, douillet et enveloppant. Mais il l'est tout autant quand on veut trouver un peu de fraîcheur les nuits d'été caniculaire. En effet, cette matière tout en légèreté, se rapprochant du lin et plus épaisse que du coton, apporte un côté respirant, parfait pour s'y envelopper dedans sans se sentir étouffé par sa chaleur. 

Est-ce que la gaze de coton se repasse ?

Autre avantage de taille, la gaze de coton est très facile d'entretien. Arborant naturellement un côté crêpé, elle ne nécessite aucun repassage. Si vous souhaitez toutefois repasser ses fines couches, on vous conseille d'opter pour un fer à très basse température voire même de détendre seulement les fibres grâce à l'action de la vapeur. 

Est-ce que la gaze de coton rétrécit au lavage ?

Si les lavages à répétition ont tendance généralement à détériorer la qualité d'un tissu, la gaze de coton fait exception à la règle. Au contraire, son côté froissé s'assouplit au fil des machines. Son tissu devient alors plus souple et plus soyeux. Quant aux coloris, ils se patinent avec le temps, se teintant d'une couleur plus naturelle et plus douce. Un lavage délicat à 30°C est plus que recommandé pour ne pas l'abîmer. Rassurez-vous, la gaze de coton ne rétrécit pas au lavage. Enfin, si certains tentent le passage au sèche-linge, on vous conseille plutôt de privilégier le séchage à l'air libre et de zapper l'étape essorage pour ne pas détériorer ses fibres. 

Décryptage