Faux plafond : ce qu'il faut savoir avant de l'adopter

Pour mieux isoler une pièce, cacher une surface trop abîmée ou faire passer des circuits électriques : les avantages d'un faux plafond ne manquent pas ! Zoom sur cet aménagement pour savoir si votre intérieur en a vraiment besoin.

Faux plafond : ce qu'il faut savoir avant de l'adopter
© Aleksei Ivanov - 123RF

Vous connaissez certes le terme mais vous ne savez pas forcément ce qu'implique de faire un faux plafond chez soi. Les raisons de choisir cet aménagement sont nombreuses : vous souhaitez peut-être dissimuler un dégât des eaux particulièrement important, installer des spots, une VMC, des enceintes, ou encore perfectionner l'isolation thermique ou acoustique d'une pièce. L'espace créé par un faux plafond permet tout cela !

En quoi consiste un faux plafond ?

Tout dépend de la solution que vous choisissez pour réaliser un faux plafond :

  • le faux plafond suspendu sera constitué d'une ossature métallique attachée à la structure porteuse (comme le plancher ou la charpente par exemple) par des suspentes spécialement adaptées au matériau de la structure (bois, béton…). Sur ces suspentes, on fixera ensuite des plaques de plâtre, des lames en PVC, ou encore des dalles selon le look désiré. Plutôt facile à poser pour les bricolos débrouillards, son prix reste de plus fortement attractif : moins de 10 euros le mètre carré pour une installation sans intervention externe, et entre 30 et 50 euros le mètre carré avec pose.
  • le faux plafond autoportant sera posé sans suspentes, et donc sans contact avec la structure porteuse, grâce à un système de rails fixés d'un bout à l'autre du mur, sur lesquels seront fixées les plaques de plâtre. Privilégiez ce type de faux plafond si votre but est d'améliorer l'isolation de la pièce. Sa pose s'avère relativement facile et son prix se compare à celui du faux plafond suspendu.
  • le faux plafond tendu se résume lui à une toile en PVC ou en tissu fixée entre les murs, disponible dans de nombreuses finitions et au rendu de toutes façons ultra chic. Compliqué à mettre en place, le faux plafond tendu nécessitera l'intervention d'un professionnel et son prix augmentera donc en conséquence : comptez au moins 70 euros du mètre carré, pose comprise.

Comment faire un faux plafond acoustique ou thermique ?

C'est parfois la raison principale d'un faux plafond : offrir une meilleure isolation acoustique et/ou thermique à une pièce et faire ainsi baisser ses factures d'électricité tout en gagnant en confort de vie.
Dans le cas d'un faux plafond suspendu, assurez-vous d'utiliser des suspentes anti-vibratiles qui amortiront les bruits provenant de la pièce supérieure. Ensuite, comme avec un faux plafond autoportant, vous devrez combler l'espace offert par le faux plafond avec un isolant en vrac ou des panneaux d'isolant, thermique, acoustique ou thermo-acoustique selon l'effet souhaité. Dans le cas d'un faux plafond tendu, vous choisirez avec l'aide du professionnel une toile avec un isolant intégré.

Aménagements et travaux divers