Piscine naturelle : prix, avantages, inconvénients, danger ?

Débarrassée de tout produits chimiques, la piscine naturelle ou baignade biologique s'offre un retour aux sources pour une baignade résolument tournée vers la nature. Comment fonctionne une piscine naturelle ? Quels en sont les avantages et les inconvénients ? Comment la construire et combien coûte-t-elle ? Réponses de pro.

Piscine naturelle : prix, avantages, inconvénients, danger ?
© Stéphane Maillard pour Eric Lequertier

Pourquoi faire une piscine naturelle ? Uniquement filtrée à l'aide de substances minérales et de plantes adaptées, sans ajout de produits, la piscine naturelle c'est la garantie d'une eau douce, non traitée dans laquelle peuvent s'inviter de petits visiteurs - grenouilles et insectes divers et variés. Plus coûteuse qu'une piscine traditionnelle, sa version naturelle demande une grande attention au moment de sa construction pour en assurer la bonne intégration paysagère. Si vous souhaitez allier le plaisir du jardin à celui de la baignade, tout en respectant l'environnement, vous avez cliqué au bon endroit.

Qu'est-ce qu'une piscine naturelle ?

Aussi appelée baignade biologique, écologique ou paysagère, la piscine naturelle est un bassin qui doit, par définition, s'intégrer au jardin qui l'accueille, comme un plan d'eau le ferait et ne pas dénaturer l'environnement qui l'entoure.

Comment fonctionne une piscine naturelle ?

Généralement divisée en trois parties, que sont le bassin de nage, le bassin de filtration ou d'épuration et le bassin d'oxygénation ou de régénération, la piscine naturelle peut aussi bénéficier d'un système en deux parties seulement : 80 % de l'espace est alors dédié à la baignade et les 20 % restants servent à la filtration. 

Comment créer une piscine naturelle ?

Au moment de penser l'aménagement d'une piscine naturelle, s'il n'y a pas de restrictions particulières, il convient tout de même d'être vigilant quant au choix de son emplacement. Mieux vaut préférer une exposition plus ombragée que celle de la piscine classique, vous découvrirez bientôt pourquoi et il convient aussi d'éviter les terrains trop arborés. En effet, qui dit arbres, dit bien souvent feuilles mortes qui pourraient tomber dans la piscine naturelle. Aussi, la piscine naturelle doit être protégée du vent.

À terme, la piscine naturelle doit disposer de son propre écosystème, chargé de son épuration biologique. Ce dernier repose sur trois agents :

  • des substances minérales, type graviers ou galets, sur lesquelles des micro-organismes vont se développer,
  • des bactéries qui vont ensuite transformer ces micro-organismes en éléments assimilables par les plantes,
  • des végétaux, savamment choisis, qui vont pouvoir jouer leur rôle et filtrer l'eau pour qu'elle regagne la baignade, avant d'être filtrée à nouveau et ainsi de suite.

Contrairement aux idées reçues, il n'y a pas que les plantes qui vont épurer l'eau grâce à leurs racines, le substrat minéral est lui aussi très important dans le système de filtration biologique. En moyenne, tout ce petit monde s'équilibre au bout de quatre années. Enfin et afin d'éviter que toutes les eaux de pluie ne ruissellent dans la piscine naturelle, il est nécessaire de mettre en place un drainage extérieur bien pensé, une bande gravillonnaire fera très bien l'affaire. 

piscine(naturelle-baignade-biologique-systeme-de-drainage
Bande gravillonnaire capable de drainer la baignade paysagère © Stéphane Maillard pour Eric Lequertier

Quelles plantes adopter autour de la piscine naturelle ?

Comme pour un bassin traditionnel, la piscine naturelle aime les plantes aquatiques : Hippuris vulgaris, Elodée, Pontédérie. Des plantes qui vont concurrencer les algues en se nourrissant de la même manière qu'elles. Des végétaux subaquatiques et macrophytes sont aussi les bienvenus, à l'image des joncs, iris et autres roseaux, aussi appelés phragmites. Enfin, place à des plantes au rôle épurateur mais aussi décoratif, à l'instar des nénuphars ou des papyrus

Quels en sont les avantages ?

Avant tout, ce type de piscine offre une liberté de forme plus grande que celles que l'on a l'habitude de voir. Si elle est bien pensée, la baignade biologique s'intègre parfaitement au jardin environnant, bien mieux qu'une piscine traditionnelle. Son eau douce est pure car non-traitée, de quoi y patauger les yeux fermés... comme ouverts ! Côté température, elle se réchauffe vite grâce aux cailloux qui l'entourent. 

Quels en sont les inconvénients ?

Si elle peut gagner en chaleur de manière naturelle, la baignade paysagère ne peut être chauffée autrement, donc gare aux chocs thermiques quand il pleut ou que les températures chutent inopinément. En cas de fortes chaleurs, des algues disgracieuses peuvent apparaître et gêner ses usagers. Enfin, la période d'utilisation d'une baignade biologique est plus courte que celle d'une piscine classique. 

La piscine naturelle est-elle source de danger ?

Si elles n'ont, jusqu'alors, jamais représentées de risques à proprement parler pour la santé des baigneurs, les piscines naturelles peuvent être soumise à l'eutrophisation. Conditionné par la chaleur, la décomposition des végétaux et la présence en grandes quantités de nitrate et phosphate, ce phénomène se traduit par la formation d'algues, de phytoplancton, une dégradation rapide de la végétation alentour et une odeur désagréable. Pour l'éviter, veillez à bien prendre soin des plantes qui entourent votre baignade naturelle et, pourquoi pas, à installer une cascade, l'eau aura ainsi moins de chance de stagner. 

Quel entretien pour une piscine naturelle ?

Dans la partie baignade, on peut plonger un robot à l'intérieur de l'eau pour en retirer les nuisibles et, plus quotidiennement, passer un coup d'épuisette à la surface pour en retirer les feuilles mortes. Il faut également penser à tailler les plantes quand le besoin se fait sentir. Le but ? Qu'elles n'envahissent pas l'espace de baignade. Côté zone de filtration, ça se complique, il est important de vérifier le pH de l'eau afin de trouver puis de conserver le bon équilibre biologique et de nettoyer régulièrement les filtres. 

Quel est le prix d'une piscine naturelle ?

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, une piscine naturelle ne coûte pas moins cher qu'un modèle dit traditionnel. Ajoutée à l'étanchéité, tout ce qui concerne la partie filtration est souvent très coûteux. En moyenne, pour un bassin de 8 x 4 m, il faut compter un budget de 50 000 euros. (Merci à l'architecte paysagiste Eric Lequertier pour son expertise et ses précieux conseils - La Petite Bellevue, 35430 Saint-Jouan-des-Guérets - 02 99 82 38 43 - contact@ericlequertier.com)